Faerylands


 
AccueilPortailS'enregistrerConnexion
Oyez ! Oyez ! Gentes Dames et Nobles Seigneurs: en l'honneur des Chevaliers de France, de Richard Cœur de Lion en particulier et tous les personnages qui leurs sont liés, venez donc aussi vous exprimer sur votre forum FAERYLANDS !

Partagez | 
 

 Conseil de lecture

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Fribanne
Modérateurs
Modérateurs
avatar

Nombre de messages : 216
Localisation : Valenciennes
Date d'inscription : 11/11/2007

MessageSujet: Conseil de lecture   Mar 20 Nov - 19:58

alors voila voila j'aimerais savoir les livre que vous conseillez au gens pour pouvoir par la suite les découvrires a notre tour !!!!!!

Personnellement moi j'ai deja lu le premier tome de la trilogie des elfes de Feitjaine, franchement tout simplement envoutent !!!!!

_________________
le monde est un theatre qui se joue éternellement
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité



MessageSujet: Re: Conseil de lecture   Mer 21 Nov - 3:40

Les livres que j'ai conseillé et qui n'ont jamais déçu;

- "La pierre et le sabre" et sa suite "La parfaite Lumière" d'Eiji Yoshikawa. UNe aventure épique sur l'histoire de Miyamoto Musahi.

- "Au bonheur des ogres" de Danniel Pennac, même si on peut ANHA conseiller toute la série des Malaussène.

- "Entretien avec un vampire" de Anne Rice.
Revenir en haut Aller en bas
Aragorn
Roi de la lecture
avatar

Nombre de messages : 92
Age : 55
Date d'inscription : 08/01/2007

MessageSujet: Re: Conseil de lecture   Mer 21 Nov - 23:11

Livres qui n'ont jamais déçus :
La stratégie Ender d' Orson Scott Card
Etoile garde à vous ( Starship Troopers ) de Robert Heinlein
La guerre éternelle de Joe Haldeman

Pour la Fantasy, la prochaine fois Smile
Revenir en haut Aller en bas
Ann-Sow
Converti(e) au monde féérique
Converti(e) au monde féérique
avatar

Nombre de messages : 86
Age : 28
Localisation : Perdue dans la tempête ou si vous préférez
Date d'inscription : 10/11/2007

MessageSujet: Re: Conseil de lecture   Jeu 22 Nov - 20:52

Que de bons commentaires sur l'assassin royal. Je suis au septième tome et j'arrive plus à m'arrêter. L'histoire est si prenante et originale pour de la fantasy que je considère cette série comme de la nicotine, elle provoque une dépendance Razz
Revenir en haut Aller en bas
http://www.ann-sowpowa.skyrock.com
Melmiriel
Magicienne de la forêt perdue
avatar

Nombre de messages : 426
Age : 70
Localisation : Marseille
Date d'inscription : 06/12/2006

MessageSujet: Re: Conseil de lecture   Ven 23 Nov - 3:00

J'ai un peu laché le Fantastique pour revenir a Jean-Christophe Grangé, auteur des "Riviers pourpres", "L'Empire des Loups", " Le vol des cigognes", entr'autres !

La c'est "le Serment des Limbes" !

Citation :
Jean-Christophe Grangé avait déjà parlé du Serment des Limbes lorsque paraissait son précédent roman, en mai 2004. Ce roman s'inscrit en effet dans une trilogie informelle que le romancier a qualifié de « remontée vers le Mal », initié avec La Ligne Noire. Ce second volet, un polar religieux, constituera une « remontée vers le Diable ».

Le résumé du livre, qui comptera environ 650 pages, est le suivant :
CLIQUEZ OUR VOIR LE SPOILER et le texte apparaitra !

Spoiler:
 

J'en suis a la page 200 et qqs et ca va vite et ca me raccourcit mes nuits encore un peu plus !

Le Dan Brown français quoi !

_________________


Bonjour Invité ! Te voici à la tête de 0 message(s) !
Revenir en haut Aller en bas
http://melly.club.fr
Cérik
Maître du Fantastique
avatar

Nombre de messages : 799
Localisation : Rhône-Alpes
Date d'inscription : 20/02/2011

MessageSujet: Re: Conseil de lecture   Lun 14 Mar - 3:23

Pour ceux qui ont aimé et lu le "Da Vinci Code" de Dan Brown, voici un livre de la même veine à lire ; ici vous serez servis, ce sont les personnages qui incarnent les différentes pièces du jeu et l’échiquier est le monde.


Titre : Le Huit.
Auteur : Katherine Neville.
Éditeur : LE CHERCHE MIDI.
Paru le : 28/05/2002.
ISBN : 2-86274-979-6.
Thème : POLICIER-THRILLER
Format : Broché / 698 pages.
Prix : 19,50 €.

Ma présentation.

Tout commence en préambule sous le règne de Carolus Magnus, huit maures lui apportent un présent. Le Roi des jeux, le jeu des Rois pour le futur empereur Charlemagne.

Devant la beauté des pièces et de l’échiquier, le souverain est conquis, il exige de faire une partie en y mettant un enjeu diabolique, prit de démence il renverse l’échiquier avant d’être maîtrisé pas ses proches ; se rendant compte que le jeu est possédé par une magie puissante, il désigne l’un de ses hommes pour qu’il se retirer à Montglane dans les Pyrénées afin d’y cacher ce qui désormais portera le nom de « JEU DE MONTGLANE »

**********************************************************************************************************************

1790, l’Abbesse du Couvent de Montglane convoque ses filles, l’heure est grave, la Bastille est tombée, et le régime de la terreur montre son visage hideux, Les Montagnards, les Jacobins et les Girondins exigent la confiscation des biens de l’Église, l’évêque d’Autun (Talleyrand) a des vues sur Montglane et son trésor. 1000 ans que le « Jeu de Montglane » avait réussi à échapper à toutes les convoitises des puissants d’Europe. Aujourd’hui, l’abbesse doit se résigner à sortir le jeu de sa cache pour le soustraire une nouvelle fois à la cupidité des hommes du pouvoir. Des sœurs et nonettes sont convoquées, elles auront la charge de cacher les 32 pièces et les quatre parties de l’échiquier. Valentine et Mireille sont désignées même si Mireille est sérieuse et Valentine un peu gamine la mère supérieure sait qu’elle ne peut pas séparer les deux cousines, trop d’attaches les unissent, l’abbesse n’a plus qu’à espérer qu’elles garderont en mémoire, la gravité de leur mission, elle leur remet une figurine. Mireille et Valentine vont monter à Paris chez leur oncle David (le peintre) voir la place de grève et la non moins célèbre machine du docteur Guillotin, surnommée « L’abbaye de Monte à Regret » et croiser des personnages dont un jeune lieutenant un peu maigre et pâlichon, accompagner de sa sœur Pauline.

« Comment il a dit qu’il s’appelait ?
_ Buonaparte, quelque chose comme ça !
_ Il a intérêt à changer de nom s’il veut faire carrière dans l’armée, encore un étranger.
»

**********************************************************************************************************************

1972, à New York, Catherine Vilis experte en informatique se prépare à partir pour l’Algérie afin de monter un programme pour un tout nouveau organisme l’OPEP ; son amie Lily (le genre pot de colle, je rentre chez toi comme je veux car chez toi est chez moi) la persuade d’assister à un tournoi international d’échecs. Les plus grands maîtres de la planète seront présent, ont dit que même les soviets seront de la fête. Après une pose, un grand maître est retrouvé mort dans les toilettes du grand hôtel, et quel est ce vieux jeu d’échecs auprès duquel les agents du KGB courent comme des guêpes furieuses ? Il est temps Pour Catherine de partir pour l’Algérie, à New York, les morts tombent comme des mouches, et quel est cet antiquaire ami d’autres amis qui le soir de la saint Sylvestre lui demande de faire des recherches dans les pays du Maghreb pour retrouver d’après une photo, la figurine d’un Roi blanc richement ouvragé. Quelle est donc cette diseuse de bonne aventure qui l’exhorte à la prudence, une fois arrivée en Afrique…


Mon commentaire.

Tout s’enchaîne dans un thriller passionnant, Katherine Neville tient le lecteur en haleine sur pratiquement 700 pages pour la version grand format, et 960 pages pour le format pocket ; comme une partie d’échec ou l’ouverture se ferait sous Charlemagne, Le milieu de partie sous la révolution française et la fin de partie à l’aube du premier choc pétrolier. Elle maîtrise tellement son sujet qu’on ne peut que sourire aux clins d’œil qu’elle fait à l’Histoire, cette façon d’alterner les personnages dans le temps entre deux époques 1790 et 1972 font qu’on ne perd jamais le fil de l’intrigue, quand bien même on reste sur notre faim jusqu’à la fin pour le dénouement. Si pour Harry Potter il existe la version sorcier, pour Katherine Neville il existe la version humaine, où 32 personnages incarnent les trente deux figurines et ne se font aucun cadeau pour gagner sur l’échiquier géant qu’est la Terre.

Quand au secret du Jeu de Montglane, il tient aussi de la fameuse histoire du grain de sésame : 1 grain sur la première case, 2 grains sur la deuxième case, 4 grains sur la troisième case, 8 grains sur la quatrième case…etc, jusqu’à la soixante-quatrième case (pour les matheux, faites le calcul du total de grains) il est dit qu’il faudrait un silo de 10 Km de large sur 1 Km de haut qui ferait le tour de la Terre pour engranger une telle récolte, il est dit aussi , que le nombre récolter serait celui des possibilités de gagner aux échecs, de quoi donner la migraine aux Fischer, Kasparov, Akeline et autres Grands Maîtres.

Mais pour le « JEU DE MONTGLANE » ont raconte qu’une partie serait grâce aux déplacements sur les cases le code d’un arme fabuleuse ou pour une autre partie une façon de découvrir la Pierre Philosophale. En cela le « JEU DE MONTGLANE » est dangereux et ne doit pas être mis entre toutes les mains.

Avec ce thriller passionnant, Katherine Neville fait part égale avec dan Brown et son histoire est bien mieux construite, car elle fait intervenir des personnages historiques, là où Brown ne se sert que de tableaux pour une véracité historique contestable.

Livre à conseiller pour ceux qui ne connaissent pas le genre thriller, il peut déclencher une nouvelle vocation de lecture.


Bio de l’auteur.

Katherine Neville, dans les années 70 est mutée en Algérie au moment où tombe l'embargo de l'OPEP. Elle est sollicitée dans l'Idaho pour participer à la recherche sur l'énergie nucléaire et développer, dans le désert, des méthodes pour identifier et contrôler les matériaux toxiques et dangereux. En 1980, elle déménage à San Francisco où elle est vice-présidente de la Bank of America durant 10 ans. A l'âge de 40 ans, elle s'installe en Europe avec son ami le docteur Karl Pribram, un scientifique mondialement connu. Après quelques années à l'étranger, le couple emménage dans les montagnes Blue Ridge en Virginie. Les divers métiers et expériences de Katherine Neville fournissent le noyau de son premier roman, Le Huit, best-seller traduit dans une vingtaine de langues, et du Cercle magique. Katherine Neville travaille actuellement à la suite du Huit et vient de publier un nouveau roman, Un risque calculé, aux éditions du Cherche Midi.
Revenir en haut Aller en bas
Cérik
Maître du Fantastique
avatar

Nombre de messages : 799
Localisation : Rhône-Alpes
Date d'inscription : 20/02/2011

MessageSujet: Re: Conseil de lecture   Jeu 5 Mai - 7:03

Pour reprendre les conseils de lecture de SmokeDragon, j’ai envie de présenter plus en détail "LA PIERRE ET LE SABRE" & "LA PARFAITE LUMIÈRE"




La pierre et le sabre.

Présentation de l’éditeur : Personnage historique devenu héros légendaire, Myiamoto Musashi a inspiré à Eiji Yoshikawa ce fabuleux roman qui est l'Autant en emporte le vent du Japon. (Les deux ont été publiés à la même époque 1937)

Qui était Musashi ? A vingt ans, un jeune homme insupportable, véritable petit coq de combat, qui ne rêvait que d'en découdre et pour qui le maniement du sabre était un but en soi. Puis il croisa un maître, un moine, et sa vie en fut transformée. Non qu'il cessât de parfaire sa science des armes, de parcourir les routes, poursuivi par tous ceux que son audace, sa diabolique habileté, son incroyable sang-froid rendaient fous de rage. Mais cette vaillance, il avait compris qu'elle n'était qu'un moyen de parvenir à la sagesse, de dominer les forces du mal. Avec pour alliée et amante, toujours présente et discrète, la douce Otsù qui l'exalte, le réconforte … et l'empêche de tomber dans les pièges que d'autres femmes ne cessent de lui tendre.

Histoire de cape et d'épée, d'amour et d'aventures, La Pierre et le Sabre est un authentique témoignage sur la vie des japonais au XVIIe siècle : les samouraïs bien sûr, cette aristocratie militaire, et surtout le petit peuple (Marchands, artisans, paysans, moines guerriers) truculent, mais aussi étonnamment instruit, sensible à l'art et à la poésie.


La parfaite lumière.

Présentation de l’éditeur : Dans La Pierre et le Sabre nous avons vu Musashi, arrogant bretteur de village, devenir un des grands maîtres du sabre et s'engager sur la voie de la sagesse, en compagnie du moine Takuan et de la douce Otsu.

Dans La Parfaite Lumière nous retrouvons la trame complexe et limpide de cette gigantesque tapisserie, et suivons chacun des fils de l'intrigue. Ainsi apprendrons-nous comment se résolvent les longues amours contrariées d'Otsu et Musashi, ce qu'il advient de la haine passionnée de la vieille Osugi pour notre héros, et quelle sera l'issue de la rivalité entre Musashi et Kojiro, son plus redoutable adversaire. Au sortir de ce combat de titans, le vainqueur abordera enfin de LA PARFAITE LUMIERE.

Prodigieuse épopée ! Le grand art du conteur populaire que fut YOSHIKAWA s'applique ici à un personnage hors du commun. Un grand roman autour d'un héros inoubliable.

Mon commentaire : Pour ceux qui aiment le style de la littérature Japonaise, peut-être connaissez-vous Eiji Yoshikawa ? Cet auteur de la littérature japonaise a été au Livre ce qu’est Akira Kurosawa (les sept samouraïs) au Cinéma "Un Géant" et ce n’est pas la taille de ses deux pavés (1400 pages en un seul volume et cent vingt millions d’exemplaires publiés au Japon) qui infirmeront ce constat.

J'ai adoré !!! (c'est à dire que j'ai lu l'histoire plusieurs fois, à recommander pour une personne qui n'a rien à lire le Vendredi et veut occuper son week-end).

Il faut savoir que Myiamoto Musashi a bel et bien existé au 17em siècle sous le Shogunat de Tokugawa Ieyasu, et qu’il incarne pour tous les japonais le héros national.

Eiji Yoshikawa se permet pourtant d’enjoliver la réalité du personnage ; Myiamoto Musashi apparaît pratiquement parfait, une romance toute en nuance pudique vient se greffer sur l’histoire pour en faire un héros bien propret. En fait le personnage était tout autre, cradingue comme un poux car il craignait l’eau surtout pour se laver, batailleur et osant frapper par derrière quand son intérêt immédiat l’exigeait, violeur et sans aucune manière avec les femmes, poivrot de l’aube au crépuscule (Tout du parfait gentleman, comme diraient nos amis So British, et un peu comme François Villon (poète français du 16siècle), poète, gueux, voleur et assassin à ses moments perdus).

Alors pourquoi est-il devenu héros de l’Empire du Levant ?

Parce que malgré tout, il fut l’un des plus grands escrimeurs de l’histoire du Japon, et qu’il écrivit à la fin de ses jours le livre "Gorin-No-Sho" (Cinq Roues ou Cinq anneaux). Manuel et réflexions sur l’art du code Bushido et la voie du Sabre. A la fin des années 1930, ce livre était dans tous les paquetages des soldats nippons pour les exhorter à la bravoure et au dépassement de soi.

Il y a deux passages qui révèlent beaucoup de choses sur la philosophie du code Bushido des samouraïs, même s'ils sont banals en première lecture.

Un jeune élève d'une école de sabre désire obtenir une leçon d'escrime d'un maître confirmé ; en retour il reçois une Pivoine Blanche fraîchement coupée pour toute réponse (à lui de définir, le message). Furieux, il demande si c'est tout ce qu'a dit le maître ? On lui répond "oui", il part convaincu que le maître n'a qu'une réputation surfaite, tandis que Musashi en quête de la parfaite lumière, ramasse la pivoine, et parvint à déchiffrer le message, et ce, rien qu'en observant la coupe de la tige ; il en tire la seule conclusion : qu'il lui reste encore à acquérir plus d'expérience et de sagesse avant de revenir demander une audience au vieux maître.

Le deuxième passage mets en scène cinq rônins prétentieux qui veulent provoquer Musashi alors qu’il achève son repas. Sans se départir de son calme, juste gêné par le vol de cinq mouches, il gesticule une chorégraphie de sa main droite qui tient toujours ses baguettes et dépose devant chaque rônin une mouche morte avant de quitter l’auberge. (C’est déjà coton de manger avec des baguettes, si en plus il faut attraper les mouches avec, cela risque vraiment de devenir galère).

J'aime bien aussi l'allégorie sur les artisans qui se chargent de redonner du tranchant au Katana, (sabre japonais) "Des polisseurs d'âmes".
Revenir en haut Aller en bas
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: Conseil de lecture   

Revenir en haut Aller en bas
 
Conseil de lecture
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» Conseil de lecture pour un garçon de 5ème ?
» Conseil de Lecture
» conseil de lecture (LLC)
» [4ème] Conseil de lecture cursive pour une collègue
» Conseil de lecture sur le Zen

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Faerylands :: La Magie des Mots :: Littérature Générale-
Sauter vers: